La fille qui te proposait de lui racheter ses merdes à prix d’or

Parce qu’une vraie blogueuse populaire n’est pas totally « girly » tant qu’elle n’a pas, à son tour, ouvert un vide-dressing sur internet grâce auquel non seulement elle exhibe sous le nez de ses lectrices les tonnes de fringues de marques qu’elle possède parce qu’elle est over-fashionable, mais en plus elle se débarrasse de toutes les frusques dont elle ne veut plus en les refourguant à des courges loleuses trop contentes de se fendre de cinquante euros pour un slip Etam® élimé (mais porté par…Hiiiiiiiiii !)

La mode, sur les blogs de filles, est donc au « vide-dressing ».
Le principe est simple (enfin, il me semble): une blogueuse qui a un lectorat suffisamment étoffé propose à ses fans de lui racheter des vêtements dont elle ne veut plus et dont elle met les photos en ligne.
Avec un peu de chance, la blogueuse en question dispose d’un réservoir de mille à cinquante-mille brebis bêlantes dotées d’un solide instinct grégaire, ce qui l’assure (en principe) de pouvoir refourguer ses sapes en moins de deux minutes chrono.

Bon.

Permets-moi de tenter l’expérience, puisque comme tu le sais, ma seule et unique ambition dans la vie est de voir mon blog devenir le rendez-vous branchouille d’un bon quintal de pintades glouglouteuses que je pourrai plumer distraire de leurs vies de merde avec l’aide de quelques sympathiques annonceurs qui auront à cœur de préserver leur bien-être et leur futilité si rentable.

Donc je te la fais courte, on est entre nous, hein.
Voilà les merdouilles dont je souhaite ardemment me débarrasser, avec de 1 à 5:

  1. Une minijupe offerte par ma cousine Bernadette, portée une seule et unique fois en 1998 puis remisée au fond du placard (juste après qu’un sexagénaire salace m’ait demandé en me croisant dans la rue: « c’est combien? »)
  2. Un tee-shirt « Ensemble, tout devient possible » offert par le cousin de Loutre, un boutonneux complètement con étudiant à HEC et heureux possesseur d’un calendrier UMP et d’une montre à l’effigie de Patrick Devedjian (tee-shirt jamais porté, croix de bois, croix de fer).
  3. Un short suffisamment court pour laisser élégamment dépasser quelques poils pubiens, idéal pour celles qui veulent à toutes force se faire passer pour des clones lubriques de Daisy Duke dans Shérif fais-moi peur (jamais porté, juré-craché)
  4. Une paire de chaussons à chier, tranquillement fauchés dans un hôtel de Barcelone
  5. Des chaussures de drag-queen offertes par ma tante, qui doit être fan absolue de Priscilla folle du désert (excellent film au demeurant) (état neuf, jamais portées)

Voilà.
Comme j’ai un respect certain pour mon lectorat, je tiens à préciser que la première lectrice qui me fera une offre sérieuse remportera, en guise de cadeau bonus, un coupon de réduction de 15 (quinze) centimes d’euros à valoir sur les crèmes dessert goût pistache de chez Lidl, ainsi que ce superbe balai à chiottes presque neuf, très peu servi.

Publicités
Catégories : Soirées Tupperware et furoncles pilo-sébacés | Étiquettes : , , | 16 Commentaires

Navigation des articles

16 réflexions sur “La fille qui te proposait de lui racheter ses merdes à prix d’or

  1. J’aurais au moins rigolé une fois aujourd’hui… merci.

  2. Un vrai plaisir de t’offrir des cadeaux, à toi.
    Je suis surpris que tu aies décidé de garder la tenue que tu portais pour la pub Virgin Mobile…

  3. Zentrist

    Hiiiiiiiiiii des chaussons !

  4. Madame contraire

    Depuis hier soir et la découverte de ton blog, je glousse telle une poule dont l’unique neurone aurait pris la fuite. Je me sens pouffe, je me sens bien. Alors merci.

    • Merci à toi pour le compliment.
      Tu permets, je mets une option sur le « je me sens pouffe, je me sens bien » (slogan extraordinairement percutant pour de futurs produits dérivés)

  5. J’ai le regret de vous informer qu’outre un goût approximatif pour la chose vestimentaire, vous avez fait fuir le troupeau des glougloutantes en exhibant sans complexe le poil pubien qu’elles croyaient totalement éradiqué. C’est sans conteste la preuve de votre incompétence en matière de fashion blog. On en parlera dans Marie Glaire !

  6. C’est con. Tes chaussures SM-shabby-chic-trendy-lolita-trash auraient divinement achevé le costume Pouffe-jupe-ras-l’bonbon-jamais-tu-te-baisses que je portais ce we au mariage de mon zinc de Maïamaï.

    Dommage!

    Je te lèches servilement les semelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :