La fille qui s’était payé un téléphone hors de prix qui sert qu’à lui attirer des emmerdes

Parce que, hey! Sans téléphone mobile de dernière génération, une blogueuse influente a autant de sex appeal  qu’une lotte russe encloquée par un mérou de Méditerranée…

Si tu veux rigoler sans débourser un centime, je te recommande chaudement une petite visite sur ton moteur de recherche favori.
Là, tu commences à taper la phrase suivante:
« Mon Iphone« …et tu attends.
Tu attends ensuite que Gogol, serviable, complète la phase pour toi en lançant son algorithme qui déchire sa race et qui se base sur les requêtes les plus populaires (à ce propos, tu peux aussi essayer « ma belle-mère« , c’est extraordinairement vivifiant au niveau des résultats, même si on joue tout de suite dans une autre catégorie).

Et là, accroche-toi à ton slip Dior®, voilà ce que te suggère l’animal:

– ne s’allume plus
– reste bloqué sur la pomme
– ne reconnaît plus la carte SIM
– ne sonne plus
– ne démarre plus
– ne charge plus
– ne marche plus

Extraordinaire, non?

Pour un appareil que toute blogueuse populaire se doit absolument de posséder, avoue que ça la fout mal.

En même temps moi je m’en tamponne, parce que mon Iphone® marche très bien.

Tiens, l’autre jour, j’allais à la boulangerie du coin de la rue, chez m’âme Nedelec (comme tu le sais, sa baguette tradition est à chier mais son pain aux neuf céréales tient la route, et les céréales, tout le monde sait bien que c’est archi-important, ça protège contre le cancer du côlon et la maladie de Crohn mais pas contre la connerie, sinon ça se saurait ).
Je faisais donc la queue en attendant mon tour (ça ne désemplit pas, chez m’âme Nedelec, pas parce que son pain est aussi appétissant que dans les pubs ringardes pour le Vieux Pané, plutôt parce que tout le monde a un peu la trouille de se faire mal voir en allant ailleurs). Comme ça n’avançait pas vite (les Armoricains, quand ils font quelque chose, ils le font jamais très vite, alors pour une ex-parisienne ça peut sembler un peu chiant), j’ai sorti mon Iphone® tout neuf et j’ai joué un peu avec.
En principe, avec un Iphone® tu peux faire tellement de choses différentes qu’à la limite tu ferais aussi bien de balancer ta télé, ton ordinateur et ton conjoint par la fenêtre, vu que cette petite merveille de technologie te permet de regarder la Coupe du Monde de football en direct pendant que tu consultes tes mails, que tu vérifies la météo, que tu chopes sur Meetic tout en lolant grassement sur « Vie de merde » (trop bien, l’histoire de l’étudiante vétérinaire qui insémine des truies, vraiment).
Bon, moi, comme je suis pas encore une blogueuse influente, pour l’instant je m’en sers surtout pour téléphoner. Et aussi pour envoyer des tweets. Les tweets, c’est un peu l’équivalent des vents qu’on émet presque sans y penser après une bonne potée au choux garnie de jarrets de porc partagée dans l’amitié et la bonne humeur avec les copains de l’Amicale de l’Andouille de Guéméné (qu’est-ce qu’on rigole bien avec les copains de l’Amicale de l’Andouille de Guéméné).
Donc souvent, avec mon Iphone, j’envoie des tweets qui n’ont absolument aucun intérêt. Et justement, là, dans la boulangerie de m’âme Nedelec, j’étais en train de lire ma bande dessinée préférée sur internet, celle de Monsieur-Le-Chien, qui est un dessinateur nazi aux idées aussi immorales qu’une partouze imaginée par le Marquis de Sade et dont la perversité n’a d’égale que le potentiel comique. Je faisais tellement de laules à l’intérieur de moi-même que j’avais envie de partager ces torrents d’humour rafraichissant avec les trois pelés qui, parfois, lisent mes tweets (les seules personnes, donc, qui connaissent en temps réel l’heure à laquelle je vais aux toilettes).

(Moi sur Twitter): – Mouahahaha! Allez faire un tour chez Monsieur Le Chien, la planche du jour est…
(M’âme Nedelec): – ‘A veut quoi, la parigote, c’te jour?
(Moi): – Huh?
(M’âme Nedelec):- ‘A veut quoi? Oué, mé dites voâr, c’est-y pas ce téléfon ricain que tout le monde en parle, des fois?
(Moi): – Ahem…si, si, c’est un Iphone®, tout à fait.
(M’âme Nedelec):- Ah oué, mon p’tit-fils il en a un tout pareil, j’crois, et ça môrche vraiment au point qu’on peut envoyer des messages chez les chinetoques, si on veut?
(Moi): – Ben oui, partout où on veut, du moment qu’il y a du réseau, quoi…
(M’âme Nedelec): – J’peux jeter un oeil? J’le récupère après, hein…l’oeil, j’veux dire, arf arf arf!
(Moi): – Ben…c’est-à-dire…attendez au moins que je ferme cette…
(M’âme Nedelec):- J’vais pô tout casser, allez, faits voêr un peu…
(Moi):- JE VAIS PRENDRE UNE TRADITION S’IL VOUS PLAÎT
(M’âme Nedelec):- C’quoi, ça, des p’tits miquets?
(Moi): – Je voudrais récupérer mon téléphone, j’ai très envie de faire pipi.
(M’âme Nedelec): – Mais…mais…Gast!

Évidemment, j’ai pas rapporté de pain à la maison, Loutre a gueulé, j’ai plaidé ma cause en faisant valoir que j’aurais bien voulu l’y voir, avec m’âme Nedelec en train de brâmer « Ewenn! Pète-lui sa gueule, à c’te grosse gwiz-kozh, bern kaoc’h de toull revr de parisienne! », et tout ça s’est terminé dans les larmes, le sang et le gwin ruz de mauvaise qualité.

L’Iphone®, de toute façon, c’est de la merde.

Publicités
Catégories : Soirées Tupperware et furoncles pilo-sébacés | Étiquettes : , , | 34 Commentaires

Navigation des articles

34 réflexions sur “La fille qui s’était payé un téléphone hors de prix qui sert qu’à lui attirer des emmerdes

  1. Mouahahah
    Hihihihihihihihi
    Mouahahahah
    Je LOL
    Je MDR
    Je RATTJSPTDR (roule à terre tellement je suis pétée de rire)

  2. Un de tes meilleurs textes, chérie. Sincèrement.

  3. B0dysnatchers

    *Effondrée de rire avant de partir à l’univ*

  4. Je propose Mâme Nedelec as herself pour le film sur les yahourts.

  5. dino

    Dis donc elle a du mérite Loutre… Si après ça tu te retrouves pas encore une nuit ou deux dehors en pyjama pilou…..

  6. Pingback: La fille qui hésitait entre faire les soldes et plonger nue dans une piscine remplie de lames de rasoir « Le Pas Blog (de fille)

  7. MAJ du 05/02/2011: Kaput le téléphone. Je crois que je vais repasser au bon vieux machin à cadran qui appelait SVP 11 11.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :