La fille qui se trouvait face à un choix cornélien (Rodrigue, as-tu du Louboutin?)

Je ne suis que doutage et interrogatoire viscéral, ma citrouille avariée.
Je suis questionnement douloureux, grattage de tête frénétique et cycle menstruel fortement perturbé.
En cette période pré-estivale toute pourrie au cours de laquelle ma qualité de chômeuse dûment inscrite chez Pôle Emploi me donne droit à quinze (15, fifteen, quince y el coño de tu madre) centimes de réduction dans toutes les bonnes salles de cinéma d’Armorique, je dois t’avouer que j’hésite grave entre deux chefs-d’œuvre annoncé, deux master-pisse à peine sortis mais déjà promis à une belle moisson d’Oscars, de Césars et de Razzie Awards.

Dans mon choix number ouâne, y’a pas vraiment d’intrigue, c’est juste la suite du plus long (et cher) catalogue de vente par correspondance du monde, un film essentiellement destiné à pousser une moyenne de cinquante millions de courges fashionistas bien braves et bonasses à se ruer dans les franchises Prada©, Manolo Blahnic©, Sephora©, Dior©, Chanel© ou Jimmy Choo© afin d’y dépenser l’intégralité de la prime de rentrée scolaire 2010 que l’État, dans son immense générosité, a prévu de leur verser.
Un bien beau film, donc, qui concentre en un peu moins de deux heures tout le glamour, le pouvoir d’achat cyclopéen et la connerie abyssale de la fashion victim « upper-class » à laquelle tant de no-life cherchent désespérément à s’identifier (les garçons, eux, préfèrent s’imaginer avec la quéquette de Rocco, les pectoraux d’Arnold et le sex-appeal de Brad Pitt, on a les fantasmes qu’on peut).
La bande-annonce, à elle seule, me met l’eau à la bouche et me promet un moment de franche rigolade, du niveau d’un bon détournement de Mozinor ou même d’une excellente fausse pub des Nuls, tant l’absence du moindre embryon de scénario est flagrante (voire ostensiblement brandie comme un étendard: l’intelligence et la profondeur ne passeront pas par nous, bordel!).
De la fringue de marque, du botox et du blush, donc, avec aussi des décors de rêve, des voitures trop belles, des déserts trop chauds, des parties de jambes en l’air trop audacieuses, des dialogues trop piquants, bref que demande le peuple (ou plutôt la populace des gallinacées glougloutantes qui constitue 98% du public de ce genre de films)?

Oui, mais voilà.

Mon cinéma de quartier programme aussi, à partir d’aujourd’hui, l’avant-première de Fatal, un drame humain « made in France » qui, de son côté, chie de toute sa hauteur sur dix mille ans d’évolution de l’espèce et tente joyeusement de nous ramener au stade anal primal qui, à l’époque des mammouths et du Parti Communiste, nous voyait hurler de rire à la moindre évocation des mots caca , poils et bite. Une négation totale et assumée, en somme, de la théorie darwinienne qui affirme que nous avons dépassé depuis longtemps le niveau simiesque et que notre cerveau est plus gros que celui d’une amibe.

Alors évidemment, ma caille, je suis plongée dans les affres de l’incertitude.

Quitte à explorer les profondeurs les plus noires et nauséabondes des égouts cinématographiques occidentaux, dois-je risquer l’attaque d’apoplexie en me mêlant aux fans bêlantes de Carrie Bradshaw (elles-mêmes prenant le risque d’une rupture d’anévrisme si elles se mettent à essayer de comprendre le scénario de Sex and the City 2)? Ou bien au contraire, devrais-je me mêler à la meute des ados pré-pubères aux faces constellées de boutons purulents, qui passeront deux heures à meugler « couille » tout en lâchant quelques rots festifs devant la performance inégalable de Michaël Youn?

Ma dernière option, en ce mercredi symbole de renouveau hebdomadaire du Septième Art, est évidemment de m’abstenir et de préférer un DVD de Quentin Tarantino ou de Georges Romero.

Je me tâte.

Publicités
Catégories : Films, livres et chansons pourries qu'on télécharge illégalement | Étiquettes : , , , , , , , , | 15 Commentaires

Navigation des articles

15 réflexions sur “La fille qui se trouvait face à un choix cornélien (Rodrigue, as-tu du Louboutin?)

  1. Je sais que c’est dur de faire une croix sur quinze centimes, mais là ça me parait important de se faire violence et de ne pas céder à cet extravagant privilège… à ta place et étant donné les choix qui s’offrent à toi, je crois que je serai bien plus enjouée à l’idée d’aller tresser une corde dans un club de dépressifs suicidaires plutôt que d’infliger l’un de ses films à mon cerveau déjà très atteint par la bêtise de manière complètement naturelle et bio.
    J’espère en tout cas, que tu sauras vaincre ta doutation !

    • Geooooorges! There you are! Welcome!
      (en fait je me fais un petit Creepshow et je jubile en répétant comme une débile « je veux mon GÂTEAU, Bédélia! »

  2. et ben… je n’avais pas encore entendu parler du deuxième… voilà qui me ferait presque prendre un train pour la France, juste pour ne pas rater ce grand moment de cinéma…

    • Vu le succès du personnage, je ne m’inquiète pas trop, tu devrais retrouver son film sur les écrans italiens et ses disques dans les bacs à merde de tous les Virgin de Milan, Naples et Rome…

  3. ser...gio

    J’ai pas compris le sujet de l’article…Sinon tu connais la bataille navale?C’est top hype! Exemple:1/G (touché), 2/A(touché), 3/Z(touché), 4/A (coulé), c’est fachi…fascinant!

    • Tiens, Sergaï! Ton obstination à confondre les blogs humoristiques avec les forums d’engueulade de discussion d’Alterinfo va finir par te priver de tribune, camarade! Ce serait trop dommage, t’es tellement glamour!

  4. ser...gio

    Ha merde déjà? ^^

  5. Je te conseillerais de garder ton pognon pour aller voir des vrais films comme ça :

    [url]http://www.dailymotion.com/video/x57x2m_machete-extrait-planet-terror_shortfilms[/url]

    [url]http://www.dailymotion.com/video/xd70hq_machete-teaser-trailer-vo-hq_shortfilms[/url]

    • Oh nom de Dieu! Michelle Rodriguez! Steven Seagal! De Niro! Dany Trejo! Et même Cheech Marin!
      Serais-tu un saint homme, Valdez, genre le fils caché de John Carpenter?

  6. Oh putain ! Je bande.

  7. jlucb

    Content de te retrouver.

  8. Avec Romero, on est jamais déçu. Alors pourquoi prendre le risque de se farcir un navet au ciné…? (oui ok, parce que t’as 15 centimes de réduc) (c’est vrai que c’est tentant)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :