A propos

Je voulais ouvrir un blog de fille.

Un vrai, avec des visuels rose flashy, des rubriques à la con et une bonne dose de racolage sponsorisé par les grandes marques de cosmétique.
Un blog que dix mille gourdasses viendraient chaque jour consulter frénétiquement, à la recherche d’une info capitale sur la dernière crème de jour de chez L’Oréal, la taille du pénis de Jake Gyllenhaal, le prix du dernier pantalon  estampillé Zara ou le meilleur moment pour copuler et tomber enceinte en fonction de leurs pertes blanches.
Un blog sur lequel un échantillon représentatif et substantiel d’un certain lectorat féminin viendrait kikou-loler béatement et que je pourrais considérer secrètement comme un panel de consommatrices bêlantes et frivoles tout juste capables de différencier un fer à friser électronique d’un vibromasseur made in China.

Je voulais ouvrir un blog de fille et devenir riche, célèbre et reine des soirées parisiennes hype et fashion.

Le hic, c’est que:

– Je ne travaille ni dans la comm’, ni dans la bande dessinée, ni dans l’humanitaire (à la rigueur, si j’étais une pute repentie, ou une obèse boulimique en mal de confidences…mais même pas).
– Je ne lis pas la presse féminine, même dans la salle d’attente de mon dentiste (quand je vais aux toilettes, j’emporte Le Monde, dont l’effet laxatif n’est plus à prouver).
– Je n’ai aucune connaissance particulière en maquillage, accessoires de mode et autres falbalas à la mords-moi-le-nœud, et même si j’en avais, j’ai du mal à m’imaginer en train de passer trois heures par jour à rédiger des billets sur la différence fondamentale entre le baume émollient Trixéra et le gel nettoyant émollient Trixéra.
– Je n’ai pas le courage de me lever aux aurores juste pour me tartiner  de bas en haut avec des produits dont les prix moyens à l’unité avoisinent le PIB du Burkina Faso, histoire d’en faire la promotion ensuite contre une poignée de dollars.
– Quand il s’agit de m’épiler, moins c’est long et plus c’est bon, ce qui exclut d’entrée de jeu tous les appareils bourrés d’électronique dernier cri, les cires bio produites par des abeilles équitables du fin fond du Honduras et les instituts de beauté chaudement recommandés par la plupart des blogs dits « féminins » (il y a quelque chose de presque pathologique dans le fait d’aller exhiber ses poils pubiens sous le nez d’une parfaite inconnue juste avant qu’elle n’entreprenne de vous « faire le maillot »).
– Je ne sais pas cuisiner, en dehors des omelettes nature et des coquillettes au jambon. Adieu, donc, les billets hautement populaires consacrés aux dernières recettes de cassoulet à la graisse d’oie.
– Je ne suis pas de régime particulier, donc pour ce qui est de disserter à longueur d’articles sur les bienfaits des Omégas machin-chose et de l’huile de cachalot confite sur les kilos en trop, ben c’est mort (moi je suis quelqu’un de basiquement très bête: pour éviter de grossir, je me contente de ne pas trop manger et d’éviter de prendre la bagnole pour faire cinq cent mètres…quelle conne)

J’en ai donc fait mon deuil.
A la place, j’ai ouvert un Pas-Blog-de-fille.
C’est presque comme un blog de fille.
Sauf que j’ai dû remplacer toutes les rubriques d’un blog de fille par des rubriques de Pas-Blog-de-fille.
C’était pas évident.
Mais je garde encore et toujours l’espoir secret de devenir riche, belle et célèbre sans autre effort que celui de te vendre de la merde en te faisant croire que tu es formidable.

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :